CURZAY-SUR-VONNE 86
Réservez en ligne
<h1>Vitrail de la Fonderie d'Antoigné</h1><p>de Stéphane Arrondeau et de Michel Ducreux - ©Fonderie d'Antoigné (Sarthe)</p>
  • <h1>Portrait de fondeur Pierre Guiet</h1><p>©Fonderie d'Antoigné (Sarthe)</p>
  • <h1>Fondeur</h1><p>©Fonderie d'Antoigné (Sarthe)</p>
  • <h1>André - Vitrail verre et photo</h1><p>©Anne Even et Laurence Bourgeois</p>
  • <h1>Livre L  Bourgeois</h1><p>Livre de Verre L. Bourgeois</p>

'Instantanés de verre'

Chaque année, le Musée met en scène de nouvelles oeuvres d'artistes contemporains.

En 2011, deux duos d'artistes complémentaires mettent en relation la photographie et la matière à travers des portraits et le verre.

Anne Even, photographe, et Laurence Bourgeois, plasticienne, donnent la parole à des personnages bretons du monde rural. Elles présentent six vitraux, portraits photographiés en couleur, recouverts d'un voile de verre structuré. Associés aux images, des livres de verre laissent deviner des tracés géopoétiques et donnent à lire une parole de la rencontre avec le modèle.

Stéphane Arrondeau, historien et verrier, et Michel Ducreux, maître-verrier, proposent des maquettes et des panneaux d'essai des vitraux qu'ils ont réalisés pour l'ancienne fonderie d'Antoigné dans la Sarthe : portraits en noir et blanc de fondeurs photographiés pendant la première guerre mondiale, saisissants de réalisme.

Ces deux techniques très différentes permettent d'associer la photographie et le vitrail : elles créent ainsi des œuvres d'art surprenantes et originales.

CARTE DE VISITE DES 4 ARTISTES

Laurence Bourgeois, artiste plasticienne, a entrepris un chantier singulier qui l'a amenée au livre d'artiste et au dialogue entre le papier, le verre et les écrits poétiques.

Elle a créé plusieurs recueils de verre en collaboration avec des poètes contemporains, des auteurs, des artistes plasticiens, des photographes et des éditeurs. Elle a collaboré avec l'Atelier de Carlo Roccella et a participé à de nombreuses expositions dont le Salon International du Vitrail et à plusieurs chantiers de création, comme la façade du Centre Européen des Métiers d'Art et les vitraux de l'église Saint-Bruno à Issy-les-Moulineaux. Depuis 20 ans, elle mène son activité professionnelle avec de jeunes déficients visuels et une activité de recherche et de création.
Elle travaille le verre de manière à produire, dans sa masse, transparences et opacités, reliefs et reflets, éléments graphiques et suggestions chromatiques, inscriptions textuelles et sensations tactiles. Au cours d'innombrables cuissons, Laurence Bourgeois a constitué une étonnante palette d'effets, inclusions, vitrifications… sorte de lexique où elle puise pour donner corps à son travail.
Support primordial du texte et des gravures, les papiers font face au verre, dans ses créations, par leur texture, leur grain, leur matière. Laurence Bourgeois fabrique une grande partie de ses papiers selon la technique ancestrale dite "papier à la cuve".

Anne Even, photographe, a fait sa formation à l'Académie des Beaux-Arts à Tallin en Estonie, puis elle a obtenu le DNAP des Beaux-Arts de Grenoble et le DNSP à l'ESBAMA de Montpellier.

Elle a exposé dans plusieurs galeries notammment en Corée du Sud. Engagée dans une recherche qu'elle définit "d'anthropographie des corps", elle porte un intérêt particulier pour les questions touchant à l'identité, à l'uniformisation de la pensée, avec une fascination pour nos relations physiques avec l'espace. Son travail est très lié à la pratique de la photographie. Attirée par les visages qui dénotent la gestuelle des silhouettes, elle a fait du corps sa matière photographique.
… En coudre et découdre avec les normes, les standards, en dégager une présence singulière où s'ancre l'identité pour devenir portrait. Gestes et postures font évènements et langage. Si l'anthropologie sociale s'intéresse, entre autres, à l'étude de la parenté, de la politique et de l'organisation sociale des individus, mes recherches s'emparent des contextes politiques ou intimes pour interroger la présence plastique d'un sujet soumis à un certain enrégimentement de la sensibilité…

LES VITRAUX DE LA FONDERIE D'ANTOIGNE :
Stéphane Arrondeau et Michel Ducreux

A Sainte-Jamme-sur-Sarthe, la municipalité et l'association des anciens fondeurs ont décidé de confier leur histoire à l'artiste et historien Stéphane Arrondeau, dont les maquettes ont été mises en lumière par le maître-verrier Michel Ducreux.

En 2007, 50 m2 de vitraux ont été créés dans l'ancien réfectoire de la Fonderie d'Antoigné : près de cent portraits de fondeurs photographiés pendant la première guerre mondiale, et autant de scènes de leur vie au travail sont représentés. Quatre couleurs de verre : bleu ciel, bleu soutenu, vert et jaune pour 148 panneaux. Les visages sont traités de différentes manières : dessin, photographie, mi-dessin/mi-photographie. L'aspect graphique a été pris en considération : il fallait que "la gueule" en question représente l'ensemble d'une corporation.

Stéphane Arrondeau dit : Je me mets à la place des fondeurs : c'était une vie de labeur. Comment respecter leur mémoire ? Ne pas trahir leur engagement ? Ces goules noires avaient la fierté du métier. On était mouleur de père en fils… Des clins d'œil ont été faits à Cocteau, le premier à réaliser des autoportraits mi-photographiés/mi-dessinés, à Magritte pour la silhouette de Chappée, aux gravures de Dürer quant à la façon de dessiner les cheveux, ou encore à Antonin Artaud pour les visages torturés.

Pour la réalisation des visages photographiés, Michel Ducreux a utilisé la méthode traditionnelle, c'est-à-dire une grisaille noire (technique médiévale) posée au pinceau. Il a pris une base neutre répétitive de trois teintes sur laquelle il a réalisé une peinture en noir et blanc. Sa maîtrise technique est impressionnante. Le rendu des visages des anciens fondeurs est saisissant de réalisme. La réalisation des cinq fenêtres de l'ancienne fonderie d'Antoigné a été pour Michel Ducreux un véritable émerveillement quotidien devant sa palette de grisailles ou à la sortie du four, et aussi une très belle collaboration avec l'auteur des maquettes, Stéphane Arrondeau.

Stéphane Arrondeau
: Dans ma démarche personnelle, je recherche, inlassablement, le juste équilibre entre savoirs et inspiration. Fidèle à la technique ancestrale du vitrail, j'aime dessiner le « squelette de plomb » qui structurera mes compositions. Choisir mes verres, leurs couleurs, leurs natures, leurs textures. Les assembler, les confronter les uns aux autres et, si nécessaire, les opposer. Et enfin préparer la grisaille, la travailler au putois, au blaireau, au petit gris, et même à la pointe métallique !
Mais le vitrail reste et demeure un art du feu. Il faut contrôler, autant que faire se peut, la cuisson des pièces. Mais jamais personne ne maîtrisera l'essentiel : cette lumière qui transcendera nos verres, ou écrasera nos propres compositions.

La Vallée du Vitrail
La Vallée du Vitrail

Le Musée du Vitrail de Curzay-sur-Vonne, au sud de Poitiers et à proximité du Futuroscope, est un site touristique consacré à l'art du verre et du vitrail. Le Musée du Vitrail vous propose un cadre idéal pour admirer de superbes vitraux. Le long de la Vallée du Vitrail, découvrez aussi 3 autres sites touristiques : le site gallo-romain de Sanxay, Jazeneuil et la Cité historique de Lusignan.

AccèsAccueilContactExposition permanenteExposition VitrOpolisExpositions précédentesGroupesHoraires/Tarifs/BilletsIDEES DE VISITE DANS LA VIENNELa Vallée du VitrailLes Eglises de la Vallée du VitrailL'Atelier du vitrailMentions légalesOffres éducativesPartenairesPresseRésidences d'artistes • ©Blue Com 2019